Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées : l'accès aux métiers de l'industrie pour tous - 15.11.2017

 

Dans le cadre de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées organisée par l’Adapt et l’Agefiph, le CFAI de Baillargues s’est mobilisé mardi 14 novembre en partenariat avec l’association « Dyspraxique Mais Fantastique » (DMF) pour une journée de sensibilisation des formateurs et des apprentis  sur les troubles Dys : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, trouble mnésique, dysorthographie, et dyscalculie, qui sont des troubles cognitifs spécifiques induisant des troubles des apprentissages.

 

 Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées CFAI Baillargues

 

En France on parle de 6 à 8% de troubles dys. On peut dire que 4 à 5 % des élèves d’une classe d’âge sont dyslexiques, 3% sont dyspraxiques, et 2% sont dysphasiques.

 

 

 

Au cours de la matinée, les équipes pédagogiques se sont prêtés à des mises en situation animées par les membres de l’association DMF : faire une dictée avec des gants de jardin et des stylos vibrants, enfiler des perles sur un fil à coudre avec des gants de vaisselle, recopier un texte dont la typographie change tout le temps… Autant d’ateliers qui ont permis aux formateurs de prendre conscience concrètement des difficultés que rencontrent certains de leurs apprentis.

 

 

Audrey SAN MARTIN, réfèrent Handicap pour l’apprentissage, à l’origine de cette manifestation témoigne : «   On remarque chaque année que de plus en plus de jeunes arrivent avec ces troubles. Le CFAI les rassure, les accueille.

 

Nous mettons en place un livret de suivi, l’équipe pédagogique est informée, et nous essayons de trouver des solutions d’accompagnement  et d’aménagement au quotidien pendant les cours et les épreuves.

 

 

 

On s’aperçoit qu’à l’adolescence, ils ne sont majoritairement plus suivis par des spécialistes tels que les psychomotriciens, les orthophonistes, les orthoptistes. Ils arrivent à l’âge adulte et ils veulent apprendre un métier et rentrer dans la vie professionnelle. »

 

 

 

La conférence de l’après-midi destinée aux apprentis du CFAI a eu pour objectif d’informer les jeunes atteints ou non de ces troubles et de dédramatiser pour ceux qui sont concernés. Il s’agissait de montrer qu’il y a des solutions, des accompagnements proposés par des associations, des institutions pour aider, accompagner les jeunes et leur famille.

 

 

 

Il y a des besoins de recrutement très fort dans la filière industrielle

 

 

 

Eve Boudard en charge du handicap à l’UIMM, ajoute : « Au niveau national il y a 3,6% de taux d’emploi de personnes en situation de handicap dans le secteur  industriel en référence à la déclaration d’emploi des travailleurs handicap contre un taux de 2,8 % par rapport à l’ensemble des secteurs. Nous sommes donc plutôt bons élèves.

 

 

 

Sur l’ex Languedoc Roussillon, sur la collecte 2016, nous avons 48 établissements respectant totalement l’obligation d’emploi de personnes en situation de handicap, sur un total d’environ 130 établissements.

 

Les emplois occupés par les personnes en situation de handicap sont à 92% sur des contrats à durée indéterminé, et plus de 88% sont à temps complet contre 76%France entière.

 

15% des emplois des personnes en situation de handicap sont dans la métallurgie.

 

 

 

L’emploi dans ces métiers est totalement possible. Pour preuve, des entreprises de moins de 20 salariés, non assujetties à l’obligation d’emploi, le mettent en place.

 

 

 

Il faut développer l’accès aux formations par la voie de l’apprentissage pour inciter les jeunes à venir vers les métiers de l’industrie. Il y a des besoins de recrutement très fort sur des métiers beaucoup moins pénibles qu’avant, avec des plans de carrière intéressants.

 

Il faut oser aller vers les métiers de l’industrie, y compris pour les personnes en situation de handicap.  Le CFAI s’emploie à adapter la pédagogie, les supports de formation et ainsi de garantir l’augmentation du taux de retour à l’emploi. »

 

VOIR LA VIDEO